Outils du Géobiologue : entre détections biosensibles et mesures scientifiques


De part la nature de son métier de chercheur en multiples phénomènes tout azimut, le Géobiologue doit disposer d’une large gamme d’instruments techniques et radiesthésiques.

A titre d’exemple, ci dessous la composition de ma boite à outils, dans sa configuration actuelle, sachant qu’elle se complète à la vitesse des évolutions sur à la fois la Géobiologie et les Technologies.


Matériel de mesure Qualité de l’Air et Radioactivité

Outils du Géobiologue
Matériel de mesure qualité de l’air et radioactivité

Mesure de la Qualité de l’Air

  • TempTop LKC 1000S+
    • Mesures instantanées
      • Taux en PM2.5 et PM10 (Particules de taille < à 2.5 µm et 10 µm)
        • Taux en Formaldéhyde (HCHO)
        • Taux en Composant Organique Volatile (COV – HVOC)
        • Degré d’Humidité
        • Indicateur AQI (Air Quality Index) de 0 à 500

Mesure de la Radioactivité

  • Radex RD1212 Geiger-Müller
    • Mesures d’ambiance et de proximité
      • De la Radioactivité Gamma 100 à 1250 keV et X de 30 à 3000 keV
      • De la Radioactivité Béta haute énergie 400 à 3500 keV
    • Limites
      • Contrôle de l’eau et aliments
      • Radioactivité Alpha, Béta faible énergie et Radon222
  • RadonEye RD200
    • Mesure instantanées et statistiques sur des périodes longues
      • Rayonnement Alpha du Radon 222 issu du Radium 226
      • Sur une gamme de 1 à 3 700 Bq/m3
    • Limites
      • Radon 220 : Thoron issu du Thorium 232 à durée de vie trop courte 55s
      • Radon 219 (4s) issu de l’Uranium 235 moins abondant

Matériel de mesure Electricité et Electromagnétisme

Outils du Géobiologue
Matériel de mesure électricité et électromagnétisme

Mesures Electricité et Rayonnement BF

  • TOHM-e
    • Mesures de la valeur de la prise de Terre en Ohm
    • Test des anomalies dans le branchement des prises
      • Phase/Neutre inversée
      • Phase connectée à la Terre 
      • Terre non connectée
      • 2 Phases connectées
  • BROADBAND EMI METER GREEN WAVE
    • Mesure sur une bande passante de 3 kHz à 10 MHz
    • Electricité sale des appareils intérieurs ou extérieurs de l’habitation en mV sur des sources :
      • Compteurs communicants CPL type Linky
      • Alimentations à découpage
      • Lampes à basse conso (fluocompactes), plaques à induction
      • Systèmes photovoltaïques, pompes à chaleur, moteurs de climat
    • Limites
      • Réseaux internet dLAN à courants porteurs CPL
      • Modèles de CPL IMMO 1200 ou 2000 Mbps : rayonnement pulsé sur la Terre
  • VOLTCRAFT VC175
    • Mesure de la tension induite sur une bande passante de 45 à 400 Hz
  • GigaHertz ME3840B
    • Mesure des basses fréquences sur une bande passante de 5 Hz à 100 kHz
      • Champ électrique en V/m
      • Champ magnétique en nT

Mesures Rayonnement HF

  • EMFields AM11
    • Mesure des hyperfréquences sur une bande passante de 200 MHz à 8000 MHz
    • En intensité du signal de crête et en densité de flux de puissance
    • Pour des sources telles que :
      • 2G, 3G, 4G, 5G
      • WIFI 2,4 et 5 GHz
      • DECT

Matériel de détection

Outils du Géobiologue
Matériel de détection biosensible et radiesthésie

Détection Cosmotellurique

  • Rade-master
  • Baguettes de sourcier
  • Antenne de Lecher

Radiesthésie

  • Pendule
  • Biomètre de Bovis
  • Cadrans

Matériel de traitement Biorésonance et autres

Outils du Géobiologue
Matériel de traitement biorésonance

Matériel de démonstration de Solutions de protection

Outils du Géobiologue
Matériel de traitement électromagnétisme

Matériel de dessin des plans de Géobiologie

Outils du Géobiologue
Matériel de dessin de plans

Exemple de plan à l’échelle des détections géobiologiques avec mise en évidence des zones défavorables et des zones favorables :

Légende géobiologie
Légende géobiologie
Exemple plan expertise géobiologie
Exemple plan expertise géobiologie

Et les bases de connaissances …

Les retours d’expérience des collègues, les références d’experts, les échanges en réseaux, les études d’instituts …

Rayonnements et Energies : flux entre Terre et Cosmos


Par le terme Rayonnement, on désigne le processus d’émission ou de transmission d’énergie sous forme de particules, d’ondes électromagnétiques ou d’ondes acoustiques.

Le terme Radiation est plus spécifiquement associé à la Radioactivité et aux rayonnements ionisants : rayons X, α, β, γ.


Rayonnement tellurique

Rayonnements et Energies
Volcan et Magma
Rayonnements et Energies
Orage et Foudre

Le rayonnement de la Terre a deux composantes principales :

  • Le rayonnement nourriciers émanant du sol, véhiculant des ions négatifs attirés par le rayonnement cosmique positif (et retombant sous forme d’éclairs)
  • Les radiations agressives gamma et neutrons thermiques à la verticale des failles et discontinuités du sous-sol.
    • L’écorce terrestre ne représente que 1% du rayon de la Terre et n’est pas étanche au Manteau de roches en fusion sur 2 800 km d’épaisseur à partir de quelques dizaines de km.

Rayonnement cosmique

Rayonnements et Energies
Aurore boréale

La Terre est bombardée en permanence par du rayonnement cosmique, en provenance du Soleil, de la Voie lactée et des galaxies lointaines, d’une énergie entre 1 million et 100 milliards d’eV (visible sur les aurores boréales)

Le rayonnement cosmique se compose de :

  • Corpuscules :
    • Particules chargées : protons (88 %), noyaux d’hélium (9 %), antiprotons, électrons, positrons
    • Particules neutres : neutrinos et neutrons
  • Ondes :
    • Ondes infrarouges, lumière et ultra-violets A/B/C
    • Rayons X et Gamma
    • Lumière visible, Rayons Infrarouges et Micro-ondes

Ce rayonnement participe à hauteur de 14 % à la Radioactivité Naturelle totale à la surface de la Terre.

  • Les rayons gamma sont plus pénétrants que les particules alpha et bêta, mais sont moins ionisants.
  • Les rayons X sont des radiations ionisantes. Une exposition prolongée aux rayons X, ou une exposition répétée avec des répits trop courts pour l’organisme peut provoquer des brûlures (radiomes) mais aussi des cancers.
  • Les ultraviolets sont nocifs pour la santé humaine, notamment à cause de leur effet mutagène. Ils peuvent provoquer des cancers cutanés tels que le mélanome, provoquer un vieillissement prématuré de la peau (rides), des brûlures (coup de soleil), des cataractes. Ils sont néanmoins nécessaires à petites doses régulières pour la synthèse de la vitamine D.
RayonnementInteraction avec la matière
Rayonnement GammaTransitions
dans le noyau atomique
Rayons XTransitions des électrons
internes de l’atome
Rayons UltravioletsTransitions des électrons
de valence de l’atome
Lumière VisibleTransitions des électrons
de valence de l’atome
Rayons InfrarougesVibrations moléculaires,
Oscillations de particules
Micro-ondesVibrations moléculaires,
Oscillations électroniques
Ondes radioOscillations d’électrons
d’un circuit électrique
Rayonnements et Interactions

Boucliers Terrestres

Une partie des rayons cosmiques de basse énergie est piégée :

  • Par le Champ Magnétique (ceintures de Van Allen),
  • Par l’atmosphère :
    • Au travers de l’ionosphère (60 à 600 km altitude), le rayonnement cosmique devient positif en arrachant des électrons au molécules d’air devenant positives,
    • Les rayons X et gamma, et une partie de l’ultraviolet, sont presque totalement absorbés par l’atmosphère entre 70 et 150 km,
    • 99% des UVC, une grande partie des UVB et une petite partie des UVA sont arrêtés par la couche d’ozone entre 11 et 15 km.

Lors des grandes éruptions solaires (cycle sur 11 ans), le rayonnement augmente d’un facteur 1000.


Energies cosmotelluriques

La majeure partie du rayonnement cosmique nous parvenant est une énergie vitale nourricière pour tous les êtres vivants.

  • Il y a Synergie cosmotellurique « + Cosmos / – Terre » lorsque il y a compensation des champs cosmiques (particules positives) et telluriques (électrons et ions négatifs)
  • A contrario, il y a rupture de la compensation sur l’énergie
    • Cosmique : lorsque que contrarié par l’isolation des toits, les armatures métalliques, le béton, les vêtements synthétiques …
    • Tellurique : lorsque que filtré par les sols marécageux, les roches cristallines, les argiles, les isolants dans les habitations …

Les êtres vivants puisent une part essentielle de leur vitalité dans ce flux d’énergies nourricières à condition d’être canal sur leurs « 3 peaux » : épiderme, vêtements, habitation.

Champs Terrestres : magnétique, électrique et subtil


Champ Magnétique

Le champ magnétique terrestre est engendré par les mouvements de convection du noyau externe constitué de métal liquide (essentiellement Fe et Ni).

Effet dynamo : sur les écarts de vitesse entre le noyau interne solide et noyau externe liquide : les courants de convection du noyau liquide se comportent comme les conducteurs d’une dynamo induisant un champ magnétique, à l’origine de courants électriques qui eux-mêmes engendrent le champ (imbrication de l’induction électromagnétique et de la loi de Biot et Savart).

Champs Terrestres
Noyaux terrestres

Intensité du champ

  • En surface : ÷/- 50 000 nT (0,5 G)
  • Équateur 33 000 nT
  • Pôles 70 000 nT

Magnétosphère

  • Correspond aux limites du champs magnétique,
  • Son existence, par les deux ceintures de Van Allen, nous protège des vents solaires et du rayonnement cosmique,
  • Sans Magnétosphère, la vie serait impossible sur Terre.
Champs Terrestres
Magnétosphère

Champ électrique

Formé par 3 flux :

  • Electricité atmosphérique très variables, jusqu’à l’Ionosphère,
  • Electricité de la Terre circulant en surface,
  • Transfert vertical permanent entre Atmosphère et la Terre.

Le Potentiel électrique dans l’atmosphère peut monter à 20 kV/m juste avant un orage.


Champs Subtils

L’interaction entre les champs magnétique et électrique et le rayonnement solaire donnent naissance à des rayonnements subtils qui quadrillent toute la surface du globe : les Réseaux Telluriques (Hartmann, Curry, Grand Diagonal, Grand Cardinal pour les principaux, et bien d’autres encore) et des Phénomènes Cosmotelluriques.

La Terre est « vivante » avec des biochamps qui lui sont propres :

  • Electrique : issu de l’effet dynamo des noyaux, se déploie jusqu’à environ l’Ionosphère,
  • Magnétique : induit par le champ électrique, s’étend jusqu’à la deuxième ceinture de Van Allen,
  • Thermique : s’inscrit dans les limites de la Thermosphère.