Géobiologie appliquée aux Animaux : entre cas sauvage et élevage

Les animaux, contrairement à nous, ont gardé une sensibilité accrue aux perturbations géobiologiques, avec la capacité de les gérer lorsque à l’état sauvage, mais pas lorsque contraints à un territoire restreint dans un clapier, une étable, un pâturage, …


Animaux recherchant les zones perturbées

Géobiologie appliquée aux Animaux
Ruches
  • Les Chats à la peau électrostatique apprécient les perturbations de nature électriques : nœuds Hartmann, Veines d’Eau.
  • Les Abeilles produisent plus de miel mais risquent de s’épuiser vite (ruche à déplacer en zone neutre en hiver).
  • Frelons et guêpes.
  • La plupart des insectes : Moustiques, Moucherons, …
  • Fourmis, Termites, Sauterelles.
  • Hiboux, Serpents, Taupes, Tortues.

Les animaux, comme les plantes qui apprécient les zones géopathogènes, ont souvent la particularité de produire des substances à propriétés thérapeutiques :

  • Chat : la peau a la réputation de soigner les rhumatismes.
  • Fourmi : acide formique contre les rhumatismes.
  • Abeille : Apis Mellifica, venin efficace contre la prophylaxie des tumeurs.

Animaux évitant les zones perturbées

Géobiologie appliquée aux Animaux
Etable

Avec des constats de pathologies lorsque les animaux sont entravés et obligés de séjourner dans des boxes : notamment des anomalies du développement et dystrophies entre train avant et arrière.

  • Vaches
    • Mammites (selon le Vétérinaire Merck : mammites et maladie dues à la baisse de l’immunité se produisent sur une différence de potentiel de moins d’1 Volt entre les pieds et le garrot)
    • Fausses couches
    • Mauvais rendement laitier
    • Problèmes en présence de lignes HT : courants induits, différences de potentiel. Cas des abreuvoirs électrisés.
  • Chevaux
    • Trépignent, Asthme et Rhumatismes.
  • Porcs
    • Mauvaise croissance, Trouble reproduction, Mortalité porcelets.
  • Moutons, Chèvres, Chevreuils, Biches.
  • Canards, Faisans.
  • Poules
    • Agitées, Pondent hors zone perturbée.
  • Chiens :
    • Délaisse la niche mal placée, Manque d’appétit, Asthénie, Infections, Faiblesse articulation hanches.
  • Lapins
    • Perdent le poil.
  • Souris, Cochons d‘Inde.
  • Oiseaux en cage
    • Refusent l’alimentation, immobiles, Perdent les plumes, Infections.
  • Cigognes, Hirondelles, Pigeons
    • Installent toujours leurs nids sur des zones positives.

Géobiologie appliquée aux Végétaux : impacts visibles


Le comportement des végétaux, et surtout des arbres aux durées de vie plus longues, en situation de perturbations géobiologiques est démonstratif des effets à long terme de ces phénomènes, et des impacts spécifiques à chaque phénomène.


Arbres et arbustes

Les arbres les plus sensibles aux perturbations auront un comportement en conséquences lorsque exposés à ces pertutbations :

  • En présence de courant vagabond ou de veines d’eau à proximité, les arbres fruitiers se tordent (galvanotactisme).
  • En l’absence d’héliotropisme, les arbres poussent de travers sur les rives d’une veine d’eau pour éviter le potentiel électrique.
  • Sur une cheminée cosmotellurique, les arbres vont parfois pousser en vrille, à l’image du vortex rayonné.
  • Confrontés à des perturbations et lorsque celle-ci ne peut être éviter, les arbres font développer des pathologies en réaction :
    • croissance affaiblie au plein milieu d’une Veine d’Eau non évitable,
    • développement de tumeurs (broussins, loupes, « balais de sorcière ») notamment sur des croisements du Réseau Grand Diagonal,
    • cicatrices ouvertes dans l’écorce, jusqu’au tronc, notamment sur le passage d’un Réseau Curry.

A contrario, certaines espèces d’arbres vont apprécier de pousser sur une zone perturbée : cas typique du Sureau se plaisant d’être « sur l’eau » d’une Veine d’Eau.

Cas du Réseau Grand Cardinal positif : un arbre qui aura la chance de pousser sur une corde, et mieux un croisement, du réseau dit sacré, aura un développement exemplaire. Ce sont souvent les plus beaux et grands arbres d’une forêt ou du jardin.


Plantes potagères, médicinales et d’ornement

Les plantes potagères et d’ornement souffrent pour la plupart en zone perturbée, mais pas les plantes médicinales qui au contraire on besoin d’être exposées à un fort rayonnement pour des substances thérapeutiques plus actives, avec une récolte idéale la nuit en lune montante ou pleine lune.

Cas significatif du Gui qui va se développer sur des arbres en zone perturbée, et qui est par ailleurs réputé pour ses vertus thérapeutiques.


Tableau des espèces

Géobiologie appliquée aux Végétaux
Tableau des végétaux vs impact